Le pire n’est jamais sûr

La théorie des dominos l’avait pourtant prédit : après le Brexit et l’élection de Trump, l’extrême-droite ne ferait qu’une bouchée de la petite Autriche, exposée aux flux migratoires, coincée entre les régimes autoritaires d’Europe centrale et orientale.

Or c’est le contraire qui s’est passé : après une campagne électorale ouvertement pro-européenne, le candidat écologiste à la présidence de la république autrichienne, Alexander Van der Bellen, l’a nettement emporté (53,3 % contre 46,7%, soit plus de 6,5 points d’avance) sur son rival populiste et xénophobe, Norbert Hofer, allié des « patriotes » Geert Wilders et Marine Le Pen.

Cette élection montre en particulier que le rejet des partis politiques traditionnels n’est pas à confondre avec le rejet du projet européen. Les résultats autrichiens démontrent aussi que la recherche d’un sens à la politique peut profiter à d’autres formations qu’à celles de l’extrême droite. En l’occurrence, les écologistes disposent d’atouts certains : par contraste avec les partis socio-démocrates, libéraux ou chrétiens-démocrates, ils n’incarnent pas le « vieux monde » de la politique et offrent des réponses inédites aux menaces qui pèsent sur l’avenir.

Pour peu que ces formations soient capables de porter leurs candidats jusqu’au deuxième tour d’une élection majeure, législative ou présidentielle. Or c’est souvent le problème, notamment en France: au lieu de participer à des primaires, qui leur donnerait l’occasion de faire connaître leurs valeurs et leur programme, de concourir à une stratégie d’alliance en vue des législatives qui suivront, les écologistes s’enferment dans des tactiques microcosmiques, qui les coupent de toute possibilité de peser sur le réel.

Ce qui vient de se passer en Autriche doit être source d’espoir et d’inspiration pour construire une Europe des citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>